close
Unix, Linux & Tips

Les tribulations d'un admin sys

Impression 3D

Découverte de l’impression 3D

Image par ZMorph3D de Pixabay

Presque un an sans publication d’article, ça commence à faire long! Très long! Alors que tout le monde se passionne pour les vlogs et autres réseaux sociaux; je n’arrive toujours pas à passer le pas et reste fidèle à mon blog écrit. Je profite donc de la pandémie qui nous oblige à rester confinés chez nous, pour remodeler mon miroir magique, le fixer (enfin!) au mur de notre cuisine, avec un cadre bois fait main et teinté qui rend du plus bel effet, mais cela fera l’objet d’un autre article qui parlera plus particulièrement de l’agencement réalisé, et peut-être de la prochaine version de celui-ci.

J’en profite également pour relancer certains sujets sur lesquels je travaille depuis longtemps, et qui m’occupe beaucoup ces derniers temps, notamment un : l’impression 3D et son utilité.

Le contexte

Tout d’abord, je trouve important de préciser que par le passé, j’étais très récalcitrant quand à l’achat d’une imprimante 3D. En effet, je ne voyais pas l’intérêt de posséder un tel outil. Je n’y voyais que les inconvénients (pas toujours très glorieux d’une telle machine) tels que : le prix (qui peut être extrêmement prohibitif), la pollution (quelle quantité de plastique cela va utiliser et produire?) et surtout l’intérêt (cela peut-il m’aider dans mon travail ou dans mes loisirs?).

Toutefois, malgré ces inconvénients, quelques contre-exemples venaient titiller ma curiosité : Est-il possible d’imprimer des pièces pour réparer des boutons cassés? Est-ce que je peux imprimer des bacs de rangement pour mes jeux de société? Est-ce réellement utile? Etc…

C’était sans compter sur ma curiosité et mes projets qui ont pris le pas sur mes questions, j’ai donc commencer à me renseigner sur le sujet, en abordant les interrogations suivantes :

  • Quelles sont mes connaissances ?
  • Quelle peut en être l’utilité ?
  • En kit ou “plug & play” ?
  • Quels sont les produits utilisés pour les impressions ?
  • Quel est le coût d’achat ?

Je vais donc partager avec vous, mes réflexions sur le sujet et vous expliquer mes choix qui m’ont amené à l’achat de ma première imprimante 3D.

Connaissances & Utilité ?

Au moment de la rédaction de ces lignes, de longs mois se sont écoulés, et je connais bien plus de choses sur le sujet que lorsque j’ai acheté mon imprimante. Mais, lors de mes premières recherches, j’ai dû me rendre à l’évidence, j’étais un débutant dans ce domaine ! Mes connaissances se limitaient vaguement aux quelques échanges que j’avais eu dans le cadre de mon travail avec la cellule qui travaillait sur le sujet. Autant dire, que les champs d’applications et les prix de ces outils dépassaient de loin ce que je comptais en faire pour mon utilisation personnelle.

J’avais également entendu parler de quelques sites qui fournissaient des plans libres de droits, tels que : all3dp, cults ou encore thingiverse.

Remarque :
Ces sites, m’ont fournit une base de travail intéressante et je vous invite à faire quelques recherches si vous avez des idées de projets, mais que malheureusement vous n’avez pas la moindre idée sur comment les réaliser. Vous pouvez trouver quasiment tout ce que vous désirez sur ces trois références. Dans tous les cas, ils présentent un large panels de créations qui peut vous inciter à passer le cap.

Malgré mon manque de connaissances sur le sujet, l’utilité de cet outil me paraissait intéressante. En effet, à force de navigation et de recherches sur différents sites et forums, les applications possibles sont légions!

Comme je l’ai déjà écrit plus haut dans mon article, je suis un grand fan de jeux de société, notamment les jeux de plateau avec figurines (par exemple : Zombicide, Andor, Claustrophobia, pour ne citer qu’eux!), et le gros problème de ce genre de jeux provient du fait que les figurines se baladent régulièrement dans les boîtes et l’on passe parfois plus de temps à essayer de ranger la boîte qu’à jouer !
L’impression 3D présente ici, l’avantage de pouvoir imprimer des rangements correspondant au jeu que l’on désire et pour un coût moindre, optimiser la boîte de notre jeu préféré. Prenons, par exemple, le cas du jeu Pandemic, voici une série de plans d’impression pour optimiser l’expérience de jeu et aussi le rangement de la boîte (ici, ici, ici). Certains des jeux de société auxquels je joue, nécessitent l’utilisation de dés, et quoi de plus immersif que d’utiliser une tour à dé pour notre jet ! Voici encore d’autres plans qui peuvent vous donner une idée de ce que l’on peut réaliser et utiliser (ici, ici)

Si je n’ai fait ici que parler de l’utilité de l’impression 3D et des jeux de société, il existe de nombreux domaines applicables, qui me permettent donc de répondre à ma deuxième question : J’en aurais bien l’utilité.

Remarque :
Entendons nous bien, il s’agit d’une utilité somme toute facultative car les sujets présentés ici, ne relèvent que du loisir. Toutefois, d’autres articles présenteront mon prochain projet qui n’est réalisable qu’avec l’impression 3D (dont je vous parlerai bientôt) et qui ont un caractère plus professionnel.

En kit ou “plug and play” ?

L’utilité (et non la nécessité 🙂 rappelons-le) de cet outil m’ayant convaincu, il fallait maintenant que je détermine quel type de technologie 3D je souhaitais réellement utiliser et surtout, le temps que je désirais y consacrer. En effet, comme je le précisais au début de cet article, mes connaissances dans le domaine étaient limités; je ne pouvais donc pas m’orienter vers des imprimantes à construire soi-même intégralement (mes notions de programmation étant très rouillées) et qui auraient nécessité un investissement trop important (tant en terme de temps, que d’argent).

Pourtant, même si je ne souhaitais pas passer des heures et des heures à construire, tester, re-tester etc… le produit que j’allais acheter. Il fallait bien se rendre à l’évidence, si la bidouille vous fait peur, alors l’impression 3D n’est pas fait pour vous ! Même une imprimante vendue entièrement montée, doit être paramétrée, calibrée à la perfection pour être sûr de ne pas avoir d’incidence sur l’impression que vous allez réaliser. Il existe d’ailleurs, une multitude de plans qui permettent de vérifier le bon paramétrage de votre imprimante (ce dont je parlerais dans un prochain article).

Pour ma part, je m’orientais donc, vers une imprimante de type “en kit” qui combine le matériel et le logiciel. L’imprimante est déjà pré-montée et il est possible de commencer l’impression rapidement après un assemblage de la structure assez sommaire. Ces imprimantes sont prévues pour les personnes qui souhaitent généralement aborder l’impression 3D mais qui ne souhaitent pas investir massivement; elles offrent donc un rapport qualité / prix très intéressant pour mon projet, et permettent de mettre le pied à l’étrier assez rapidement, l’ensemble des connaissances nécessaire à leur utilisation se limitant au strict minimum ! A titre d’exemple, le paramétrage usine de la mienne m’a permis de réaliser de nombreuses impressions sans défaut apparent.

Matériaux & coût d’achat ?

Si j’ai parlé de plusieurs possibilités en termes d’impression 3D, le facteur prix doit également entrer en considération. Comme je viens de l’expliquer, certaines imprimantes en kit présentent un rapport qualité / prix très intéressant. Mon but n’étant pas de lister les avantages et inconvénients de telle ou telle imprimante (Internet en pullule, pour vous en assurer, je vous laisse taper dans votre moteur de recherche préféré : “Comparatif imprimante 3D”). S’agissant principalement d’une découverte et n’ayant pas encore de connaissances dans le domaine, je préférais m’orienter vers un modèle d’entrée de gamme compris entre 150€ et 400€, ce qui pour débuter semblait largement suffisant.

Après quelques recherches sur internet sur les différents types de matériaux que l’on peut utiliser, je décidais de m’orienter sur une imprimante prenant en charge le PLA (acide polyactique). Tout simplement, car le PLA est très répandu actuellement sur le marché et que le coût d’achat d’une bobine est très raisonnable (comptez environ une trentaine d’euros pour une bobine de bonne qualité, mais entre quinze et vingt euros la bobine de qualité standard), et également, parce qu’il s’agit une matière qui n’est pas toxique comme peut l’être l’ABS (Acrylonitrile butadiène styrène) ou encore le PETG (Polytéréphtalate d’éthylène).

L’ABS est plus difficile à manipuler et nécessite un travail de post-impression plus important, de plus, je comptais positionner l’imprimante dans une pièce dédiée mais qui me sert également de bureau, donc, il n’était pas convenable d’imprimer des pièces qui pourraient générer des vapeurs toxiques sans aération et circuit de ventilation dédié.

Verdict : L’alfawise U30

Suite à mes nombreuses recherches, il apparaissait donc que l’imprimante qui répondait au plus grand nombre de critères que j’ai exposé sur cet article était : l’alfawise U30.

En effet, peu onéreuse (150€ lors de mon achat en 2019), supportant plusieurs types de filament et ayant beaucoup d’avantages pour une imprimante si peu chère, je me suis laissé tenter! Et je ne suis pas déçu du résultat! Il s’agit d’un excellent appareil pour débuter et découvrir l’impression 3D. Si toutefois, les volumes qu’elle imprime sont assez petits, c’est largement suffisant quand on découvre. Je ne peux donc que la conseiller.

Je détaillerais dans d’autres articles, les différentes optimisation et modifications que j’ai réalisé sur l’appareil, mais au cas où, vous vous poseriez encore des questions, je vous laisse en compagnie d’une vidéo explicative réalisée par le labo d’Héliox qui se spécialise dans les comparatifs d’imprimante 3D et qui fait une revue tout à fait réaliste de l’imprimante avec ses nombreux avantages et inconvénients.

N’oubliez pas de vous abonner à sa chaîne, si vous trouvez le contenu intéressant et n’hésitez pas à la soutenir 🙂

Remarque :
Récemment, Alfawise a sortie une version améliorée de l’alfawise U30, à savoir l’alfawise U30 Pro, qui n’a plus besoin des TL smoother et qui profite également d’un nouvel écran plus détaillé. Encore une fois, vous trouverez la vidéo du labo d’Héliox sur le sujet, que je vous invite à visionner.

J’espère que cet article vous aura aidé dans votre réflexion et que le monde de l’impression 3D vous intéresse toujours autant. Je partagerais dans mes prochains articles, les différents projets que j’ai réalisé et aussi certaines astuces acquises au fur et à mesure de mes essais.

Emmanuel V.

The author Emmanuel V.

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.